ACCUEIL > DÉCOUVREZ JESOLO > CULTURES

Des pilotis á Cavazuccherina

 

L’histoire de Jesolo trouve ses racines dans un passé très ancien, grâce aux découvertes de témoignages datant du Ier siècle avant J.C.; des fouilles ont révélé que la zone était habitée par une population indo-européenne, définie proto-vénitienne, qui vivait sur pilotis et avait une culture particulière et très avancée par rapport aux populations voisines.

À l’époque romaine, Jesolo était une île de la lagune vénitienne où les habitants se consacraient principalement à la pêche et à l’élevage des chevaux, si bien que l’île était connue comme Equilium, la ville des chevaux. Un témoignage important de cette période historique sont les mosaïques paléochrétiennes, qui offrent un aperçu de la vie de l’époque et sont accessibles gratuitement à l’Info Point de Piazza Brescia, dans le centre de Jesolo. (voir lien à Info Point)

Le centre habité prendra de plus en plus d’importance après la chute de l’Empire Romain, au début parce que les îles étaient un refuge sûr et bien défendu contre les  barbares qui descendaient des Alpes, parce qu’il est devenu le noyau central de la République… Vénitienne, au point de devenir le siège d’un des plus importants diocèses du nord-est, avec la construction de la basilique Sainte Marie de l’Assomption.

A partir du XIVème siècle Jesolo a vécu une période de décadence, en raison de l’enfouissement progressif de la Lagune vénitienne et des inondations fréquentes qui ont endeuillé la zone, causant de gros désagréments aux activités de production et aux transports: le problème a été résolu en 1499, par Alvise Zucharin, avec la construction d’un canal pour dévier le cours du Piave et en l’honneur duquel Jesolo prit le nom de « Cavazuccherina« .

Vécue dans l’orbite de Venise pendant encore 300 ans, Cavazuccherina subit le drame de 1797, durant lequel la Serenissima perdit l’indépendance conservée qu’elle possédait depuis plus d’un millénaire, s’enfonçant dans un déclin économique, dû aussi à la nature toujours plus marécageuse de la zone.

La situation est restée telle jusqu’en 1910, année où a commencé une opération d’assainissement général de la zone, qui a été interrompu en raison de l’éclatement de la Première Guerre Mondiale. La zone a été le théâtre de batailles sanglantes contre l’armée autrichienne, durant lesquelles les soldats italiens ont combattu avec tous les moyens à leur disposition pour ne pas faire avancer l’ennemi, y compris une inondation volontaire de la zone, forçant la population de Jesolo à une évacuation massive.

À la fin de la guerre, des travaux d’assainissement massifs ont commencés, ils ont durés jusqu’en 1930 et ont été le principal facteur de développement de la région, grâce aux nouvelles cultures devenues possibles, comme celles du blé et du maïs au début et des plantes fruitières dans les années suivantes. On commença aussi à installer les premiers vignobles, en activant la production d’un vin de haute qualité qui, au fil des ans, s’est toujours perfectionné jusqu’à recevoir l’attestation DOC d' »origine contrôlée ».

Jesolo et le tourisme

Pour témoigner du lien étroit qui a toujours existé entre Jesolo et le tourisme, il y a la découverte du premier hôtel de la ville, datant d’il y a 1700 ans, à l’époque romaine: les travaux sont toujours en cours, pour l’instant les fouilles ont mis au jour une série d’environnements similaires, tous avec un espace de couchage et une cuisine rudimentaire.

Grâce aux travaux d’assèchement, une forte impulsion fut donnée au départ du développement touristique de la zone, avec la construction des premiers établissements pour les soins d’héliothérapie et du « Lido di Treviso », qui à partir de 1928 sera appelé Lido di Jesolo, après le changement de nom de « Cavazuccherina » en « Jesolo », changement fortement voulu par les habitants.

La croissance des années 30, lente mais constante, a été interrompue par le déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale, puis a repris dans les années 50 et 60, avec la construction d’innombrables structures le long du Lido et à proximité de l’interminable plage.

C’était les années de la « Dolce Vita« , l’Italie était en plein essor économique et Jesolo, avec ses structures modernes et cette attention pour les clients qui l’ont toujours distinguée, est devenu l’une des stations balnéaires les plus recherchées par les célébrités du moment, parce qu’elle unissait au relax de la mer et de la plage la mondanité de la très longue promenade du bord de mer et le glamour de discothèques comme « Le Capannine » ou le « Tibidabo ». Le symbole de cette période fut la bouée de sauvetage en forme de canard, toujours présente dans le  cœur des gens qui ont vécu cette époque et qui a été reproposée, avec un nouveau design, en 2020.

Aujourd’hui, Jesolo n’est plus seulement une destination de célébrités mais présente une offre complète et variée de divertissement et de détente, appréciée chaque année par plus de 5 millions de personnes, qui sont hébergées dans les 400 structures hôtelières et dans les 12.000 appartements de la localité. La relation avec les stars du cinéma, du spectacle et du sport est restée inchangée et chaque année de nombreux personnages décident de passer leur temps libre sur les plages relaxantes de Jesolo.

Pour remercier la grande admiration que la localité reçoit de ces stars, depuis 2001, quelques rues du centre portent le nom  de célébrités italiennes, connues dans le monde entier, qui au fil des ans ont construit une relation spéciale avec Jesolo: Alberto Sordi, Andrea Bocelli, Carla Fracci, Mike Bongiorno, Lino Banfi, Sophia Loren, Umberto Veronesi, Alessandro Del Piero et Bebe Vio ne sont que quelques-uns des VIP qui ont choisi la « Sand City » comme destination pour se détendre et se distraire pendant leur temps libre.